Pour prendre rendez-vous : 514-507-7507 (Montréal) / 450-686-8333 (Laval)

L'impact des nouvelles technologies chez les enfants fait débat !

24 août 2015

Débat sur les nouvelles technologies chez l'enfant

Les nouvelles technologies telles qu’internet, les réseaux sociaux ou encore les jeux vidéos sont elles nocives pour le développement de nos enfants ?

Susan Greenfield, chercheuse à Oxford (Angleterre), a récemment publié un livre qui met sérieusement en garde les parents sur les effets des nouvelles technologies sur le développement cérébral des enfants : « Mind Change: How Digital Technologies Are Leaving Their Mark on Our Brains » (Random House, 2014).

Si la mise en garde rencontre une écoute favorable auprès des parents, d’autres chercheurs tentent néanmoins de relativiser un tel message. Ce fut le cas il y a deux semaines dans l’éditorial de la revue médicale anglaise BMJ. Pour le Dr Vaughan Bell (PhD), le débat devrait moins verser dans le sensationnel et plus dans le concret.

En terme de bien-être mental, social et émotionnel, et pour la grande majorité des individus, il n’y aurait aucune preuve évidente d’effet négatif des nouvelles technologies selon le Dr Vaughan. Les efforts devraient se concentrer sur des aspects très concrets tels que plus d’activité physique et un meilleur encadrement afin d’éviter l’intimidation, la fraude ou encore les expositions à risque (contenu vidéo violent, non adapté à l’âge des enfants, etc.).

Dans de rares cas, toujours selon le Dr Vaughan, certains enfants vont effectivement avoir un usage inadéquat des nouvelles technologies, des applications internet et des jeux vidéos. Toutefois, cela ne serait pas le reflet de la technologie, mais de problèmes comportementaux ou psychoaffectifs préexistants chez ces enfants.

Le Dr Greenfield a répondu à ces remises en question, par l’intermédiaire du site en ligne Medscape Medical News. Elle explique que ses recherches ne portent pas sur les enfants qui ont un usage modéré des nouvelles technologies. Elle rappelle toutefois qu’à l’heure actuelle, un adolescent peut passer jusqu’à 18 heures par jour devant des écrans si l’on considère les temps parallèles d’exposition ! (téléphone intelligent, iPad, télévision, ordinateur, etc.)

Le Dr Bell s’attaque également aux propos du Dr Greenfield sur l’impact négatif des réseaux sociaux sur les interactions sociales, le sens de l’empathie et la mise en place de l’identité personnelle. Susan Greenfield va même plus loin en citant plusieurs recherches qui font un lien entre le développement de traits autistiques et l’utilisation des nouvelles technologies qui agiraient comme un déclencheur chez des enfants à risque.

Si les contributions des tenants et des opposants n’ont pas fini de faire couler de l’encre, il est possible de donner raison au Dr Greenfield sur au moins une chose : il y a maintenant un débat autour de l’impact des nouvelles technologies dans le développement de nos enfants. Pour les familles et pour la science, c’est certainement une chose très constructive.

Sourceshttp://www.medscape.com/viewarticle/849520 et http://www.telegraph.co.uk/technology/facebook/9975118/Facebook-Home-could-change-our-brains.html