Heures d'ouverture

Lun-Ven 9:00AM - 5:00AM

Pour prendre rendez-vous : 514-507-7507 (Montréal) / 450-686-8333 (Laval)

Trouble de déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH)

L’entrée à l’école impose de toutes nouvelles contraintes pour un enfant. Soudainement, pendant de longues minutes, l’enfant doit 1) rester assis et 2) écouter. Deux consignes à la fois simples, mais tellement difficiles à respecter pour certains enfants !!!

Évidemment quand on parle de trouble de déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH), les difficultés ne se limitent pas au besoin de bouger et à la difficulté de rester à l’écoute. Il s’agit d’un syndrome neurologique qui affecte plusieurs sphères du comportement d’un enfant. Le TDAH peut entraîner des troubles d'apprentissage à l'école, il peut troubler l'harmonie familiale à la maison et il peut même amener un enfant à être rejeté par ses pairs. Toutes ces difficultés causées par les difficultés d'attention et l'hyperactivité peuvent amener ensuite l'enfant TDAH à se dévaloriser et à se construire une faible estime de soi.

Chez l'adolescent, souvent l'hyperactivité disparaît et laisse place à un comportement qui paraît plus tranquille (nonchalant en fait), mais qui reste souvent impulsif. L'adolescent TDAH est typiquement désorganisé, impulsif dans ses réactions, excessif dans ses actions, et paraît immature dans son jugement. Un(e) adolescent(e) qui présente un TDAH non traité est plus à risque de décrochage scolaire, de consommation d'alcool et de drogues, d'accident de voiture et de grossesse non-désirée.

À lire également : "Le TDAH - texte de vulgarisation sur le site de l'Association Québécoise des Neuropsychologues", rédigé par le Dr Hammarrenger.

 

L'importance d'un bon diagnostic pour le déficit de l'attention / hyperactivité 

tdahAttention, avant de penser à administrer une médication (Ritalin, Concerta, ou autre) à un enfant qui présente les signes d'un TDAH, soyez certains d'avoir le bon diagnostic. Des difficultés d'attention en classe peuvent être plutôt causées par une perturbation émotive (enfant anxieux, préoccupé, triste), les difficultés d'organisation peuvent être dues à d'autres syndromes comme le SDNV et l'hyperactivité peut s'inscrire dans un tableau de Syndrome de Gilles-de-la-Tourette ou même dans le cadre d'un trouble oppositionnel. Parfois, l'enfant qui a présenté un retard en bas âge garde des séquelles au niveau de sa compréhension orale. Le trouble de langage réceptif amène l'enfant à paraître inattentif, alors qu'en fait, il n'arrive pas à mettre un sens aux phrases complexes et explications de l'enseignante. 

Une évaluation complète en neuropsychologie vous permettra non seulement de savoir s'il y a présence ou non d'inattention et/ou d'hyperactivité, mais aussi de connaître la cause de ces difficultés, afin de leur appliquer l'intervention appropriée. Surtout, une évaluation en neuropsychologie permet d'éviter les faux TDAH à qui une médication est prescrite.

Pour en savoir plus sur la médication pour traiter le TDAH, cliquer ici.

 

7 règles à respecter afin de vous assurer d'un bon diagnostic du TDAH:

Si vous avez obtenu un diagnostic de TDAH pour vous ou pour un enfant, ou si vous chercher à en obtenir un assurez-vous d'avoir (ou d'avoir eu) une évaluation complète. Malheureusement, de faux diagnostics sont régulièrement posés en raison d'évaluations trop sommaires et incomplètes. Pour avoir confiance en votre diagnostic, nous vous proposons ici les 7 règles d'or qui devraient être respectées lors de toute évaluation pour TDAH:

  • Une anamnèse avec les parents : Les parents doivent être rencontrés et une histoire complète du développement de l'enfant doit être construite avec le professionnel qui fait l'évaluation. Cette histoire de développement doit aussi être faite lors d'une évaluation chez un adulte. Cette portion de l'évaluation devrait durer plus ou moins 45 minutes.
  • Des questionnaires aux parents et enseignants : Les questionnaires de Conners notamment sont fréquemment utilisés et permettent au professionnel qui fait l'évaluation de savoir quels sont les symptômes dans le vie de tous les jours. Attention, ces questionnaires sont essentiels, mais un diagnostic de TDAH ne devrait JAMAIS être basé uniquement sur les résultats à ces questionnaires.
  • Des tests d’attention à l’enfant: Si l'on veut poser un diagnostic de déficit de l'attention, il va de soi que des tests d'attention soient administrés à l'enfant. Malheureusement, plusieurs évaluations ne contiennent qu'un test de QI (le WISC IV par exemple) et les résultats aux questionnaires de Conners. Aucun test d'attention à l'enfant.
  • Des tests mesurant les autres capacités cognitives de l’enfant : C'est ce que l'on appelle faire un diagnostic différentiel. On ne peut évaluer seulement l'attention chez l'enfant et ignorer ses capacités de lecture par exemple. L'enfant dyslexique présente souvent des symptômes d'inattention puisqu'il ne parvient pas à lire en classe. Son problème n'en est pas un d'inattention, mais bien de trouble d'acquisition de la lecture.
  • Une investigation psycho-affective de l’enfant : L'enfant aux prises avec une perturbation affective comme de l'anxiété ou de la tristesse se montrera aussi inattentif en classe. Encore une fois il ne s'agit pas d'un TDAH, puisque le fait de traiter la tristesse ou l'anxiété permettra de régler les difficultés d'attention. Inversement, chez ces enfants, si on traite le TDAH par médication, on risque d'augmenter l'anxiété ou la tristesse comme effet secondaire... Il est donc important que votre professionnel soit aussi en mesure d'investiguer les aspects affectifs et émotifs chez l'enfant.
  • Une ou deux longue(s) séance(s) d’évaluation : Puisque nous évaluons l'enfant dans un contexte optimal (un à un, bureau fermé et tranquille), il faut pousser son attention hors de sa zone de confort pour faire ressortir un TDAH. De petites séances d'une heure nous paraissent insuffisantes pour amener à faire ressortir l'inattention chez l'enfant. Nous privilégions une journée complète d'évaluation (6 heures), ou deux demi-journées (2 x 3 heures) d'évaluation. Cela reproduit un peu le temps de concentration requis lors d'une journée d'école. Il nous semble aussi que c'est la meilleure façon de s'assurer de faire ressortir des difficultés attentionnelles si elles sont présentes. 
  • Finalement assurez-vous que l'évaluation est faite par un professionnel qualifié, autorisé à faire ce genre de diagnostic, et membre d'un ordre professionnel.

 

À lire également : Dr Benoit Hammarrenger, directeur du CERC se prononce dans les médias sur les faux diagnostics de TDAH:



 

Symptômes du Trouble de déficit de l'attention et de l'hyperactivité

  • Ne parvient pas à porter attention aux détails, fait des fautes d’étourderie;
  • A du mal a soutenir son attention au travail ou dans les jeux;
  • Semble souvent ne pas écouter quand on lui parle;
  • Ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à terme ce qu’il fait;
  • A du mal à s’organiser;
  • Évite ou a en aversion les tâches qui demandent un effort mental soutenu;
  • Perd ses objets;
  • Se laisse facilement distraire par des stimuli externes;
  • A des oublis fréquents.
  • Remue les mains ou les pieds, ou se tortille sur son siège;
  • Se lève dans des situations où il doit rester assis;
  • Court ou grimpe partout;
  • A du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou loisirs
  • Agit comme s’il était “monté sur ressorts";
  • Parle trop;
  • Laisse échapper une réponse à une question qui n’est pas encore entièrement posée;
  • A du mal à attendre son tour
  • Interrompt souvent les autres ou impose sa présence

L’entrée à l’école impose de toutes nouvelles contraintes pour un enfant. Soudainement, pendant de longues minutes, l’enfant doit 1) rester assis et 2) écouter. Deux consignes à la fois simples, mais tellement difficiles à respecter pour certains enfants !!!

Évidemment quand on parle de trouble de déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH), les difficultés ne se limitent pas au besoin de bouger et à la difficulté de rester à l’écoute. Il s’agit d’un syndrome neurologique qui affecte plusieurs sphères du comportement d’un enfant. Le TDAH peut entraîner des troubles d'apprentissage à l'école, il peut troubler l'harmonie familiale à la maison et il peut même amener un enfant à être rejeté par ses pairs. Toutes ces difficultés causées par les difficultés d'attention et l'hyperactivité peuvent amener ensuite l'enfant TDAH à se dévaloriser et à se construire une faible estime de soi.

Chez l'adolescent, souvent l'hyperactivité disparaît et laisse place à un comportement qui paraît plus tranquille (nonchalant en fait), mais qui reste souvent impulsif. L'adolescent TDAH est typiquement désorganisé, impulsif dans ses réactions, excessif dans ses actions, et paraît immature dans son jugement. Un(e) adolescent(e) qui présente un TDAH non traité est plus à risque de décrochage scolaire, de consommation d'alcool et de drogues, d'accident de voiture et de grossesse non-désirée.

À lire également : "Le TDAH - texte de vulgarisation sur le site de l'Association Québécoise des Neuropsychologues", rédigé par le Dr Hammarrenger.

 

L'importance d'un bon diagnostic pour le déficit de l'attention / hyperactivité 

tdahAttention, avant de penser à administrer une médication (Ritalin, Concerta, ou autre) à un enfant qui présente les signes d'un TDAH, soyez certains d'avoir le bon diagnostic. Des difficultés d'attention en classe peuvent être plutôt causées par une perturbation émotive (enfant anxieux, préoccupé, triste), les difficultés d'organisation peuvent être dues à d'autres syndromes comme le SDNV et l'hyperactivité peut s'inscrire dans un tableau de Syndrome de Gilles-de-la-Tourette ou même dans le cadre d'un trouble oppositionnel. Parfois, l'enfant qui a présenté un retard en bas âge garde des séquelles au niveau de sa compréhension orale. Le trouble de langage réceptif amène l'enfant à paraître inattentif, alors qu'en fait, il n'arrive pas à mettre un sens aux phrases complexes et explications de l'enseignante. 

Une évaluation complète en neuropsychologie vous permettra non seulement de savoir s'il y a présence ou non d'inattention et/ou d'hyperactivité, mais aussi de connaître la cause de ces difficultés, afin de leur appliquer l'intervention appropriée. Surtout, une évaluation en neuropsychologie permet d'éviter les faux TDAH à qui une médication est prescrite.

Pour en savoir plus sur la médication pour traiter le TDAH, cliquer ici.

 

7 règles à respecter afin de vous assurer d'un bon diagnostic du TDAH:

Si vous avez obtenu un diagnostic de TDAH pour vous ou pour un enfant, ou si vous chercher à en obtenir un assurez-vous d'avoir (ou d'avoir eu) une évaluation complète. Malheureusement, de faux diagnostics sont régulièrement posés en raison d'évaluations trop sommaires et incomplètes. Pour avoir confiance en votre diagnostic, nous vous proposons ici les 7 règles d'or qui devraient être respectées lors de toute évaluation pour TDAH:

  • Une anamnèse avec les parents : Les parents doivent être rencontrés et une histoire complète du développement de l'enfant doit être construite avec le professionnel qui fait l'évaluation. Cette histoire de développement doit aussi être faite lors d'une évaluation chez un adulte. Cette portion de l'évaluation devrait durer plus ou moins 45 minutes.
  • Des questionnaires aux parents et enseignants : Les questionnaires de Conners notamment sont fréquemment utilisés et permettent au professionnel qui fait l'évaluation de savoir quels sont les symptômes dans le vie de tous les jours. Attention, ces questionnaires sont essentiels, mais un diagnostic de TDAH ne devrait JAMAIS être basé uniquement sur les résultats à ces questionnaires.
  • Des tests d’attention à l’enfant: Si l'on veut poser un diagnostic de déficit de l'attention, il va de soi que des tests d'attention soient administrés à l'enfant. Malheureusement, plusieurs évaluations ne contiennent qu'un test de QI (le WISC IV par exemple) et les résultats aux questionnaires de Conners. Aucun test d'attention à l'enfant.
  • Des tests mesurant les autres capacités cognitives de l’enfant : C'est ce que l'on appelle faire un diagnostic différentiel. On ne peut évaluer seulement l'attention chez l'enfant et ignorer ses capacités de lecture par exemple. L'enfant dyslexique présente souvent des symptômes d'inattention puisqu'il ne parvient pas à lire en classe. Son problème n'en est pas un d'inattention, mais bien de trouble d'acquisition de la lecture.
  • Une investigation psycho-affective de l’enfant : L'enfant aux prises avec une perturbation affective comme de l'anxiété ou de la tristesse se montrera aussi inattentif en classe. Encore une fois il ne s'agit pas d'un TDAH, puisque le fait de traiter la tristesse ou l'anxiété permettra de régler les difficultés d'attention. Inversement, chez ces enfants, si on traite le TDAH par médication, on risque d'augmenter l'anxiété ou la tristesse comme effet secondaire... Il est donc important que votre professionnel soit aussi en mesure d'investiguer les aspects affectifs et émotifs chez l'enfant.
  • Une ou deux longue(s) séance(s) d’évaluation : Puisque nous évaluons l'enfant dans un contexte optimal (un à un, bureau fermé et tranquille), il faut pousser son attention hors de sa zone de confort pour faire ressortir un TDAH. De petites séances d'une heure nous paraissent insuffisantes pour amener à faire ressortir l'inattention chez l'enfant. Nous privilégions une journée complète d'évaluation (6 heures), ou deux demi-journées (2 x 3 heures) d'évaluation. Cela reproduit un peu le temps de concentration requis lors d'une journée d'école. Il nous semble aussi que c'est la meilleure façon de s'assurer de faire ressortir des difficultés attentionnelles si elles sont présentes. 
  • Finalement assurez-vous que l'évaluation est faite par un professionnel qualifié, autorisé à faire ce genre de diagnostic, et membre d'un ordre professionnel.

 

À lire également : Dr Benoit Hammarrenger, directeur du CERC se prononce dans les médias sur les faux diagnostics de TDAH:



 

Symptômes du Trouble de déficit de l'attention et de l'hyperactivité

  • Ne parvient pas à porter attention aux détails, fait des fautes d’étourderie;
  • A du mal a soutenir son attention au travail ou dans les jeux;
  • Semble souvent ne pas écouter quand on lui parle;
  • Ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à terme ce qu’il fait;
  • A du mal à s’organiser;
  • Évite ou a en aversion les tâches qui demandent un effort mental soutenu;
  • Perd ses objets;
  • Se laisse facilement distraire par des stimuli externes;
  • A des oublis fréquents.
  • Remue les mains ou les pieds, ou se tortille sur son siège;
  • Se lève dans des situations où il doit rester assis;
  • Court ou grimpe partout;
  • A du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou loisirs
  • Agit comme s’il était “monté sur ressorts";
  • Parle trop;
  • Laisse échapper une réponse à une question qui n’est pas encore entièrement posée;
  • A du mal à attendre son tour
  • Interrompt souvent les autres ou impose sa présence

La réussite passe par le CERC !

TOP